CAPCAZALIERES ET CAVERIES




Maisons capcazalières et capcazaux



De ces belles demeures de maître qui essaimaient le paysage du sud du département, particulièrement en Chalosse et pays d'Orthe, les plus anciennes ont disparu ou ont été remaniées, mais il en reste quelques exemples originaux, caractéristiques d'une architecture particulière.

Leur construction remonte aux XVIIe et XVIIIe siècles, avec l'émergence au sein de la société rurale d'une classe de possédants assez aisés pour créer cet habitat d'un type nouveau . Mais il semble que leur origine remonte à des temps très anciens. Certains spécialistes y ont même vu une survivance de l'occupation romaine, puis de l'organisation rurale féodale en Gascogne. 



La maison Peyne à Laurède
_______________________________________

la maison Pachiou à Mimbaste




La dénomination de capcazalière attribué à ces maisons » vient du mot capcazal, lequel est constitué de cap, venant du latin caput - tête-, et signifiant le premier ou le chef, et de casa ou caza, qui désigne l'habitation. De cette étymologie on a conclu à l’ancienneté et l’importance de la maison capcazalière et de son occupant. 




Mais par ailleurs, le gascon cazau (qui se prononce cazaou) signifie jardin. Ce qui peut laisser supposer que le casau, puis casal, a dû être plutôt, a l'origine, tout un domaine rural, et que la capcazal est à la fois le domaine et la maison du maître. Ce concept économique et juridique est particulier à la Chalosse. Les capcazaliers étaient, en effet, des propriétaires roturiers, possédant des terres libres ne relevant d'aucun seigneur. Leurs terres étaient dites de « francs alleux », par opposition aux fiefs, et dans l’ancien temps on disait « qu'elles ne relevaient que du soleil »

Montfort
________________________________________

la maison Lausseignac à Gamarde

Montfort

Préchacq

________________________________________

La maison capcazalière reste construite sur le même modèle que la ferme chalossaise. Elle ne s'en distingue de fait que par ses détails architecturaux et ornementaux .



________________________________________

Exemples de maisons chalossaises




pays d'Orthe

Lourquen




Saint-Geours d'Auribat


Pouillon


Castel-sarrasin


Montfort
_______________________________________________________________





Construite en pierre et de composition symétrique, son architecture extérieure se caractérise par les fenêtres à croisées de meneaux accolées à la porte d'entrée, et par l'encadrement et fronton de pierre de cette entrée. En général, deux pilastres supportent alors un entablement décoré qui utilise le répertoire ornemental de la Renaissance, avec rinceaux feuillagés, glyphes, masques, balustres, etc.


Hormis le fronton monumental et la façade, signes de distinction sociale, la maison capcazalière se caractérise également, à l'extérieur par son trottoir en galets, et à l'intérieur par son carrelage, ses hautes cheminées de pierre sculptée, ses escaliers à balustres et ses boiseries en chêne.

Contrairement aux maisons communes, granges, chais, étables et écuries sont séparées de la maison principale, et perpendiculaires à la façade.



maison Bastiat à Nousse

la maison Brouchoua à Tercis

Porte monumentale de la maison Luppé à  Saint-Pandelon


à Pouillon

mais aussi hors de la Chalosse, comme ici à Villenave




Pour attester de la franchise et du statut dont ils jouissaient avec leurs terres, les capcazaliers avaient, outre le privilège de colombier, celui de planter sur leur domaine le pin parasol qui prit le nom de « pin franc », c’est-à-dire " libre ", qui devint la marque d’une terre franche, non soumise comme le sont les métairies ou les fermes dans le système ancien.
maison Peyrous à Doazit

Montfort



Dans cette région qui observait la coutume de voisinage, le casal est le domaine rural rural d'une famille, et les occupants de ces maisons, que la tradition orale désignait comme les plus anciennes, portaient le titre de capcazaux. Selon les historiens le capcasau, ou capcasalier, serait le premier occupant d'une terre à qui le féodal, aurait par la suite confirmé le fief. Cet ancien possesseur affranchi serait alors devenu "fivatier" et homme libre, possédant son fief en toute propriété, contre cens et hommage.  Les propriétaires des lieux jouissaient de certains privilèges particuliers tels que l'affranchissement du système féodal en vigueur, des droits reconnus par la communauté villageoise depuis le Moyen-âge, et d'un droit de propriété sur les bois communaux. Les terres étaient libres et ne relevaient d'aucun seigneur



Chacune des maisons capcazalères, construites sur des domaines très anciens, transmis selon une règle d’héritage faisant priorité à la primogéniture, disposaient également d’un droit d’église, droit d’être inhumé à l'intérieur du le sanctuaire...et droit d'agenouilloir.



 maison Carcher à Montfort


Elles sont à distinguer des
 CAVERIES 


Le nom de cavier, auquel la coutume de Dax  fait souvent mention sans pour autant en donner la définition, vient, comme chevalier, du bas latin cabellarius. Le seigneur cavier est une sorte de vassal sujet à un service a cheval.  Il vient du latin "caver" qui veut dire "garder".La caverie est donc la terre tenue directement du seigneur, et dont le maitre est un vassal qui doit servir avec ses chevaux le seigneur dont il relève. Ce seigneur cavier est d'un échelon supérieur au capcazal  dans la petite noblesse locale puisqu'il doit être chevalier. 



_____________________________________________


caverie de Labarthe à Mugron
________________________________________

________________________________________
________________________________________

Rostaing à Estibeaux
________________________________________


caverie de Lassalle à Siest
communs de la caverie de Siest
________________________________________

ancienne caverie de Bret à Candresse



ancienne caverie de Moré à Morcenx 

aujourd'hui
________________________________________

Les capcazalières les plus connues sont la maison Peyne à Laurède, la maison Pachiou à Mimbaste, les maisons Luppé et Hountanglaise à Saint-Pandelon, la maison Brouchoua à Tercis, la maison Beyrie à Estibeaux, la maison Lalanne à St-Etienne-d'Orthe, puis d'autres à Pouillon, Pontonx, Gamarde, Montfort, Préchacq

On peut (ou pouvait) visiter l'intérieur de la maison Peyne, ou séjourner dans certaines d'autres devenues de luxueuses maisons d'hôtes.( quelques photos d'intérieurs figurent dans un article du n°82 de la revue Le Festin, en 2012 ). Elles ont également été évoquées dans la Revue des Vieilles maisons françaises
____________


bourg de Laurède

Castalan - ferme du XVIIIe siècle à Gaas
_____________________________________________


______________je sais plus_________________

maison Rostaing à Estibeaux
_____________________________________________

une maison de Sorde l'Abbaye


_____________________________________